Recherche des épisodes de pollution en cours

ATMO Grand Est au côté de Ville de Reims pour la reconquête de l’air

Conférence de Presse ATMO GE et Mairie de Reims
Crédits photo
(Jean-François Husson, Arnaud Robinet, Laure Miller)

A l'occasion d'une conférence de presse organisée le 30 mai, la mairie de Reims a annoncé des mesures pour améliorer la qualité de l'air. 

 

 

Le 17 mai, la Commission Européenne a renvoyé l’Etat Français devant le Cour de Justice de l’Union Européenne pour non-respect des normes de dépassements des seuils réglementaires de concentration de NO2 dans l’atmosphère. Parmi les 14 zones qui affichent des dépassements dans l’hexagone, l’agglomération de Reims. 

 

Le 30 mai, ATMO Grand Est se trouvait aux côtés de la mairie de Reims, lors d’une conférence de presse exceptionnelle, de manière à détailler le plan d’actions que soutient la ville pour restaurer la qualité de l’air.

 

Pour commencer, le président d’ATMO Grand Est, Jean-François Husson, a rappelé que la question de la qualité de l’air était devenue la principale préoccupation environnementale des Français. Et pour cause : son coût humain annuel est estimé à 48000 morts prématurées et son coût financier à 100 milliards d’euros par an. 

 

La Ville de Reims était représentée par son maire, Arnaud Robinet, et l’adjointe au maire déléguée aux espaces verts et à l’écologie urbaine, Laure Miller. Ces derniers ont repris la synthèse des mesures qui doivent permettre d'accélérer la reconquête de la qualité de l'air dans leur agglomération, et qui concernent les domaines suivants:

 

- la mobilité et les transports ;

- l'habitat ;

- l'aménagement ;

 -la communication.

 

Ils ont également rappelé que la qualité de l'air est bonne 80% du temps au niveau de l'agglomération de Reims.

 

La presse a repris les annonces formulées par la municipalité à cette occasion. Son premier objectif est de réduire la circulation sur la voie Taittinger, l'ancienne autoroute qui traverse la ville. "Nous sommes en discussion active avec le Préfet pour faire en sorte que les flux de transit puissent être écartés de la voie Taittinger et ne soit qu'une desserte de la ville de Reims", a précisé Laure Miller.

 

Les autres mesures envisagées à moyen terme sont les suivantes : 


- création d’une rocade pour éloigner les voitures du centre-ville ;
- mise en place d’une zone 30 sur un large périmètre, pour favoriser les déplacements doux ;
- réduction de certaines voiries (future esplanade de la mairie de Reims et place de la République) ; 
- suppression de deux des voies du boulevard Lundy  ;
- mise en place d’un service de location de vélos.

 

Monsieur Robinet a également insisté sur sa volonté de mettre en œuvre une politique écologique plus incitative que punitive. Pour ce faire, la sensibilisation auprès des enfants, qui sont d’excellents prescripteurs des bonnes pratiques auprès de leurs parents, sera renforcée. Dans le même esprit, un guide des bonnes pratiques et comportements responsables sera largement distribué.


 

 

Les mesures existantes

A l'occasion de cette conférence de presse, la municipalité a réalisé un passage en revue des mesures qu'elle applique ou appliquera en faveur de la qualité de l'air.

 

Mobilité et transports

 

Voici quelques-uns des dispositifs existant: 

- disque vert autorisant 2 heures dans la ville pour les possesseurs de véhicules propres ;

- motorisation électrique progressive de la flotte de véhicules municipaux ;

- installation de bornes de recharges destinées aux véhicules électriques (16 disponibles dans les parkings publics clos) ;

- mise en place d'aires de covoiturages ;

- mise en place de sas cyclables permettant aux vélos de se positionner en tête de file aux feux (280 sas cyclables à ce jour) ;

-150 km d'aménagements cyclables et 2000 arceaux de stationnement pour les vélos ;

- édition d'un code de la rue pour rappeler les règles de bonne conduite.

 

Habitat

La ville de Reims assure l'animation d'une plateforme de la Rénovation Energétique (EDDIE) qui procure des informations gratuitement aux personnes désireuses de réaliser une rénovation thermique de leur logement. 

Reims aide également les propriétaires privés via les OPAH (Opérations Programmées d'Amélioration de l'Habitat).

Enfin, dans le cadre du Programme de Rénovation Urbaine (PRU), Reims prévoit de réhabiliter 4000 logements dans quatre quartiers : Croix-Rouge, Orgeval, Europe et Châtillon.

 

Aménagement

Les nouveaux aménagements tendent à apaiser le centre ville de Reims, en invitant les automobilistes à se reporter sur d'autres modes de circulation. Le passage de l'hypercentre de Reims en zone 30 s'inscrit dans cette logique.

L'intégration d'un Pôle d'Echange Multimodal dans le projet urbain Reims Centre Gare participe également à cette volonté.

Reims va également réaménager des promenades, en plantant notamment 340 nouveaux arbres. 

Le parvis de l'hôtel de ville sera également rénové pour donner plus de place aux modes doux et intégré à une zone 30 (inauguration prévue en mars 2019)

 

Communication

Avec l'aide d'ATMO Grand Est, la ville de Reims informe ses administrés des épisodes de pollution via nos canaux de communication.

Des QR code sont également disposés sur nos stations de mesures. Ils permettent aux usagers d'accéder à une vidéo expliquant nos méthodes de surveillance de la qualité de l'air.

Les indices de qualité de l'air quotidiens sont diffusés sur 10 panneaux d'affichages Oxialive visibles sur le territoire de l'agglomération Rémoise.

Un guide des bons gestes pour la qualité de l'air est spécifique de l'agglomération rémoise est disponible. 

ATMO Grand Est sensibilise les différents publics, via des animations dans les écoles et les clubs sportifs ainsi que des interventions auprès des conseils de quartiers de la ville.

Enfin, un parcours pédagogique sur les pollens et les lichens bio-indicateurs de la pollution atmosphérique est en cours de préparation. Une première ébauche de ce parcours a été exposée sur la Semaine Européenne du Développement Durable. 

 

 

 

Voir toutes les actualités

Actus du moment