Recherche des épisodes de pollution en cours

Episode de pollution de janvier : des particules sous influence météorologique

Entre le 20 et le 31 janvier, la région Grand Est a connu un épisode de pollution aux poussières PM10 particulièrement durable, qui a donné lieu au déclenchement de procédures d’informations et de recommandation et de procédures d’alerte.

 

Bilan des procédures en janvier 2017
Bilan des procédures en janvier 2017

 

 

Ces procédures sont déclenchées en fonction de seuils de concentration de polluants fixés au niveau européen, qui sont ensuite déclinés dans chaque état membre avant de faire l'objet d'arrêtés préfectoraux dans chaque département.

 

En l'occurence, la procédure d'information et de recommandation a été déclenchée dès lors que les concentrations de PM10 ont atteint ou dépassé une moyenne de 50µg/m3 sur 24 heures. La procédure d'alerte a été déclenchée dès le deuxième jour de persistance de ces niveaux de concentration. 

 

>> Pour en savoir plus sur les seuils, les procédures et les recommandations en cas de pic de pollution

 

 

 

Ces dépassements apparaissent clairement au niveau des différentes stations de mesure disséminées dans les dix départements du Grand Est. Ils ont d'ailleurs concerné des stations de proximité (stations situées non loin d’une source d’émissions, comme une route ou un site industriel) aussi bien que des stations de fond (stations qui se trouvent relativement éloignées d’une source d’émission et mesurent donc une qualité de l’air "moyenne").

 

Bilan des dépassements par station de mesure (janvier 2017)
Bilan des dépassements par station de mesure (janvier 2017)

 

LES ORIGINES DE LA POLLUTION

Cet épisode, pour ce qui concerne la région Grand Est, a trois explications majeures : les émissions de polluants locales, les conditions anticycloniques et le froid.

En effet, les analyses réalisées par ATMO Grand Est au cours de ces quelques semaines confirment l'influence de sources locales, comme le trafic routier et le chauffage au bois

 

De plus, l'absence de vent et de précipitations n'a pas permis la dispersion de ces polluants, dont les concentrations ont donc augmenté mécaniquement. Durant toute cette période, l'Europe a ainsi été soumise à des conditions anticycloniques très exceptionnelles, avec des pressions anormalement hautes.

Il faut ajouter à cela le phénomène dit d'inversion thermique: quand les températures sont basses, le sol refroidit et les masses d'airs s'alourdissent à son contact. Cela conduit naturellement à une sorte d'effet couvercle qui favorise la concentrations des particules en suspension dans l'atmosphère.

 

D’où venaient les particules PM10 ?

Selon l’inventaire des émissions réalisés en 2010, les particules liées aux épisodes hivernaux proviennent de sources très variées, mais sont principalement émises par les secteurs du chauffage résidentiel et tertiaire, par le transport routier, l’industrie et l’agriculture.

 

ATMO Grand Est dispose d’outils qui lui permettent d’analyser la composition de la pollution et de déterminer ainsi sa nature exacte, voire de déduire sa provenance.

 

Ainsi, un analyseur Black Carbon, ATMO Grand Est évalue la part du chauffage au bois et de la combustion de combustibles fossiles dans les niveaux de concentrations en particules constatés.

 

 

Evolution des niveaux de concentrations de PM10 et PM2,5

 

On voit ainsi la part très importante qu’occupe la combustion de bois, et donc le chauffage, dans l'épisode de janvier.

 

Grâce à un autre outil, l’ACSM, ATMO Grand Est mesure en continu la composition chimique majeure (matière organique, nitrate et sulfate d’ammonium) des PM1 (particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur à 1µm) au niveau du site de Metz-Borny.

 

Composition chimique des particules PM1

 

La composition chimique est en moyenne dominée par les particules carbonées, avec une variabilité marquée du carbone suie « trafic ». Cela confirme l’influence de sources locales, comme le trafic routier et le chauffage au bois.

 

 

 

Voir toutes les actualités

Actus du moment