Recherche des épisodes de pollution en cours

Retour sur l'intervention de Jean-François Husson devant les élus de la Région Grand Est

Parce qu'il faut agir en ayant les bonnes clés, à l'invitation de Jean Rottner, le Président de la Région Grand Est, Jean-François Husson président d'ATMO Grand Est, a présenté vendredi 29 janvier, lors de l'Assemblée des Elu.es de la Région, les éléments factuels de compréhension des enjeux Air-Climat-Energie-Santé.

 

Une intervention axée sur la santé

 

CP Husson

 

Jean-François Husson a tout d'abord aborder un enjeu primordial : celui de la santé, en exposant les données observées et analysées par ATMO Grand Est lors du premier confinement. Des données qui ont permis de constater une baisse de 80% du trafic routier. En parallèle de cette réduction, ATMO Grand Est a cependant observé que les PM10 et l'Ozone avaient, eux, continué à être bien présents. 

Ce qui montre que la pollution issue du trafic routier n'est pas l'unique source mais que d'autres acteurs entrent en compte dans la pollution de l'air, comme l'a souligné Jean-François Husson : 

 

"Lorsqu‘une pollution est émise dans l’air, cette pollution à une source : agricole, routière, industrielle, énergétique ou liée au secteur tertiaire ou résidentiel. En effet, chacune de nos actions génère peu ou prou des pollutions." 

 

CP Husson

 

Le président a par la suite rappelé les objectifs du SRADDET et les a comparés avec les résultats du territoire du Grand Est, pointant de  fait l'importance de continuer à poursuivre les actions et montrant de fait le rôle essentiel d’ATMO Grand Est qui, en fournissant les données précises sur la qualité de l’air, peut accompagner au mieux chaque territoire :

 

"Vous l’aurez compris, observer l’air, c’est mesurer ce qui consomme de l’énergie, réchauffe notre climat et par voie de conséquence impacte notre santé à court ou long terme.

Alors vous comprenez mieux pourquoi nous avons, en observant la qualité de l’air, la capacité d’accompagner et de donner du corps et de la perspective au SRADDET"

 

CP Husson

 

Poursuivre les actions en faveur d'une meilleure qualité de l'air permettra d'éviter des décès prématurés liés à la pollution. Les premières études réalisées par les équipes d’ATMO Grand Est sur 5 des grandes agglomérations du Grand Est, estiment que réduire les concentrations en dessous du seuil de l’OMS, permettrait ainsi d’éviter 56 décès pour 100 000 personnes par an.

"En effet, les premières preuves scientifiques de la nocivité des polluants de l’air concernaient les maladies respiratoires, puis cardiovasculaires. 
De nouveaux résultats les lient maintenant à des maladies endocriniennes comme le diabète, et des indices commencent à pointer vers un possible lien avec des maladies neurologiques ou encore avec des syndromes métaboliques (pouvant expliquer des cas d’obésité)." 

 

Le coût économique de la pollution a également été abordé, un coût qui s'élève à 800 millions d’euros pour 8 grandes communes du Grand Est, selon la dernière étude à ce sujet publiée en janvier 2021 par un consortium d’ONG européennes. Ce coût peut être réduit notamment grâce à l’accompagnement que propose ATMO Grand Est aux territoires de la Région.

 

Jean-François Husson a conclu son intervention en évoquant le projet actuellement déployé sur la région et dont ATMO Grand Est est partenaire : le projet TRACES. Un projet qui a l’objectif ferme de rencontrer dans les trois ans qui viennent, l’ensemble des EPCIs du territoire du Grand Est afin de porter à connaissance des élu.es les informations suffisantes pour qu’ils et qu’elles puissent amorcer voire même engager des politiques favorables à l’air, au climat, au bénéfice de la santé de toutes et tous. 

 

En savoir + sur le projet TRACES

 

 

Voir toutes les actualités

Actus du moment