Recherche des épisodes de pollution en cours

Le projet de recherche FETSA

ATMO Grand Est participe au projet de recherche FETSA qui consiste à mesurer des flux d'Eléments en Traces Métalliques (ETM) sur les sols agricoles. Ce projet est financé par l'ADEME. Ce projet résulte d'une collaboration entre l'Université de Lorraine, la Chambre Régionale d'Agriculture du Grand Est, ATMO Grand Est et l'INRAE.

 

Quels sont les objectifs ?

Les éléments en traces métalliques sont parmi les contaminants les plus fréquents des sols.

La toxicité de ces éléments est susceptible d'affecter le fonctionnement des écosystèmes terrestres et aquatiques, ainsi que la santé des Hommes. La prédiction des bilans des flux d'ETM est la principale méthode de régulation de ces flux (flux encore peu documentés à ce jour). Le projet FETSA vise à produire des données nouvelles concernant les flux de lixiviation sur quatre types de sols et trois systèmes de culture. Il a également pour objectif de mesurer les retombées atmosphériques en milieu agricole.

 

Les différentes phases :

Première phase :

La première phase du projet consistera à mesurer les flux d’ETM sortant par lixiviation des sols de deux sites cultivés (sur le site de la ferme expérimentale de l’ENSAIA de La Bouzule et sur la plateforme expérimentale de la ferme-école de l'ALPA à Haroué) et d’un site forestier en Lorraine (site expérimental de Montiers situé dans la forêt domaniale de Montiers-sur-Saulx), afin d’enrichir l’information concernant ce flux peu documenté au plan mondial. Les mesures seront réalisées sur trois ans, de façon à évaluer la variabilité interannuelle due au climat.
Lors de cette première phase, les retombées atmosphériques locales en milieu rural et forestier seront également mesurées afin d'évaluer la part des composantes dissoutes et solides des retombées atmosphériques totales (mesures également réalisées sur 3 ans).
Enfin, les flux d'ETM liés aux apports d’engrais et d’amendements et aux exportations végétales seront eux aussi mesurés. Ces mesures permettront d’évaluer les bilans de flux d’ETM sur cinq systèmes de culture et un site forestier. Un échantillonnage des engrais et amendements épandus sur chacun des sites, ainsi qu’à celle des récoltes sera réalisé chaque année.

 

Deuxième phase :

La deuxième phase du projet (modélisation) consistera à évaluer un modèle de prévision des flux de lixiviation en parcelle agricole. Le modèle HYDRUS-2D sera utilisé.

 

Mesure de la quantité d'ETM apportés par les retombées atmosphériques :

ATMO Grand Est intervient dans l'évaluation des quantités d’ETM apportées par les retombés atmosphériques au travers de l’utilisation de collecteurs de dépôts totaux, de type jauge Owen, conçue pour recueillir toutes les particules sèches et humides sédimentales.
Après une exposition d’une durée d’un mois et un traitement en laboratoire, il est possible de mesurer le taux de poussières exprimé en masse par unité de surface par jour (µg ou mg/m² et par jour). 
Les mesures des retombées de poussières s’appuient sur la norme NF X43-014 de novembre 2017.
 

Le projet FETSA

Analyse des échantillons :

Les échantillons seront analysés par le laboratoire Micropolluants Technologie, à Saint Julien-Les-Metz, avec traitement de la phase solide séparée de la phase liquide (séparation des retombées atmosphériques solubles et insolubles).

 

Ce projet a démarré le 1er juillet 2021 et les prélèvements s'étendent de septembre 2021 à août 2024.

Voir toutes les actualités

Actus du moment