Investigation of pollution episodes in progress

Quel urbanisme pour l'air de nos villes ?

Françoise Bey, Vice-Présidente de l'Eurométropole de Strasbourg et Adjointe au Maire de Strasbourg
Crédits photo
Françoise Bey, Vice-Présidente d'ATMO Grand Est et Vice-Présidente de l'Eurométropole de Strasbourg (Source : ATMO Grand Est)

L'Eurométropole de Strasbourg est engagée depuis de nombreuses années pour la reconquête de la qualité de l'air sur son territoire. En partenariat avec l'Agence Régionale de Santé (ARS), ATMO Grand Est et l'Agence de développement et d'urbanisme de l'agglomération strasbourgeoise (ADEUS), elle organise le Forum "Quel urbanisme pour l'air de nos villes ?", le 4 avril 2019 de 9h00 à 17h00 à Strasbourg. A suivre interview de Madame Françoise Bey, Vice-Présidente d'ATMO Grand Est et Vice-Présidente de l'Eurométropole de Strasbourg.

 

Cette rencontre fait suite à deux premières conférences sur les enjeux de la qualité de l'air en 2015 et 2016, et vient clore un cycle de rencontres-débats qui s'est déroulé en 2018 autour de nombreux experts.

Interview de Madame Bey

Madame Françoise Bey est Vice-Présidente d'ATMO Grand Est et Vice-Présidente de l'Eurométropole de Strasbourg en charge notamment de la qualité de l'air dont le Plan de Protection de l'Atmosphère (PPA), des réseaux de chaleur, de la propreté, des déchets.

- Pourquoi organiser ce forum Air & Urbanisme ?

Aujourd'hui, on se rend compte que les problématiques liées à la qualité de l'air ne sont pas toujours prises en compte dans les projets de développement de nouveaux quartiers, en tout cas en amont. Or, à court, moyen et long termes, la qualité de vie dépend directement de cet aspect. C'est pourquoi l'Eurométropole de Strasbourg a décidé de se saisir de ce sujet et entend le porter de manière encore plus décisive, en y associant tous les partenaires qui sont parties prenantes de nos projets d'urbanisme qui nous concernent.

- Sur quoi doit-il déboucher ?

En associant tous les acteurs de la chaine de réalisation des projets urbanistiques, nous entendons provoquer des rencontres, développer une culture de travail en commun, une meilleure compréhension des problématiques des uns et des autres. La clef pour nous, c’est de tisser un maillage territorial entre les acteurs qui œuvrent aujourd’hui dans leur coin sans savoir qu’ils sont interdépendants. C’est aussi pour nous l’occasion de nourrir des échanges avec d’autres collectivités, au niveau local ou national, et de prendre ainsi connaissance des bonnes pratiques en vigueur ici ou là, ou encore d’envisager des innovations susceptibles de produire une meilleure prise en compte de la qualité de l’air dans nos cadres de vie.

- Pourquoi une agglo comme l'EMS s'engage sur ce sujet ?

Par son envergure, ses compétences, son engagement, l’EMS a naturellement vocation à prendre une part active, voire même un rôle moteur, dans tous ces domaines. La ville de demain sera forcément plus humaine, plus soucieuse d’environnement, mieux équipée mais aussi plus vivable. Plus intelligente en somme.

- Quelle suite envisagez-vous ?

Tout d’abord, J’espère que cette rencontre permettra à des hommes et des femmes qui œuvrent dans les domaines de la qualité de l’air et de l’urbanisme d'encore mieux se connaitre et de jeter les bases de coopérations futures. Ensuite, je souhaite que ce premier rendez-vous donne lieu à la recension d’un certain nombre de bonnes pratiques que nous formaliserons et que nous mettrons dès lors en œuvre dans chacun de nos projets d’urbanisme. Enfin, j’aimerais que nous envisagions d’étoffer le public de ces rencontres. Nous pourrions par exemple y associer des spécialistes de l’énergie, du climat et de la santé. La complexité des problèmes et du fonctionnement de nos sociétés nous impose de réfléchir de manière transversale et d’agir de manière concertée.

 

>> Retrouvez le pré-programme du Forum : "Quel urbanisme pour l'air de nos villes ?"

See all news

Actus du moment