Investigation of pollution episodes in progress

23. Les citoyens surveillent la qualité de l’air au moyen de micro-capteurs à Saint-Julien-lès-Metz

Crédits photo
Air Vigilance

La qualité de l’air est devenue une préoccupation majeure pour les citoyens français. Les enjeux sont multiples (sanitaire, sociétal, …) : la qualité de l’air constitue la troisième cause de mortalité humaine et, selon la commission d’enquête du Sénat, elle engendre un coût de 100 milliards d’euros par an en France. Afin de permettre aux citoyens d’être acteurs de la qualité de leur air, un projet de réseau simplifié d’observation volontaire a été mis en place sur le territoire de Saint-Julien-lès-Metz pour sensibiliser la population locale en l’impliquant directement.

 

Ce projet est initié et porté par AIR VIGILANCE (association agréée de protection de l’environnement dont le siège est à Saint-Julien-lès-Metz), en coopération avec ATMO Grand Est (association agréée de surveillance de la qualité de l’air en Grand Est) et Lorraine Nature Environnement (fédération d’associations de protection de la nature et de l’environnement), mais également en concertation avec la municipalité de Saint-Julien-lès-Metz.

 

Cette action a reçu le soutien de la DREAL Grand Est (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), sur les crédits du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.
Une réunion publique de présentation du projet s’est tenue le 16 janvier dernier à 20h00, au centre Socio-Culturel Jean Weber de Saint-Julien-lès-Metz : un succès auprès de la quarantaine de citoyens présents et de nombreux élus. Après un mot introductif de M. Fabrice HERDE, maire de Saint-Julien-lès-Metz, les participants ont pu suivre une présentation globale du projet et de quelques notions de sensibilisation à la qualité de l’air, réalisée par les salariés d’ATMO Grand Est. L’événement s’est achevé sur un pot de l’amitié qui a permis de répondre à de nombreux questionnements et de recruter une douzaine de volontaires pour cette action de sensibilisation. 

Pourquoi utiliser des micro-capteurs ?

Les micro-capteurs, parfois plutôt des mini-stations, permettent de déterminer avec différents niveaux de précision la concentration de composés gazeux ou particulaires dans l'air ambiant Ils regroupent une multitude hétéroclite de modèles de toutes tailles, tous budgets et adaptés à différents types d’applications.
A l'heure du numérique, les micro-capteurs sont un phénomène de société : les citoyens peuvent s'équiper à moindre frais d'une nouvelle technologie qui leur permet de mesurer la qualité de l'air. De véritables réseaux de mesures parallèles se sont créés. Air Vigilance a souhaité utiliser les micro-capteurs pour sensibiliser les citoyens de Saint-Julien-Lès-Metz à la qualité de l’air qu’ils respirent.

Déroulement du projet

Ce projet est articulé autour de deux campagnes successives de mesures d’une durée de quatre semaines chacune, pour lesquelles des citoyens volontaires seront recrutés. ATMO Grand Est forme les participants à l’utilisation des micro-capteurs. La première campagne de mesure se termine fin février. La prochaine campagne de mesure débutera début avril. Les volontaires seront équipés d’un micro-capteur de particules portatif.

 

En contrepartie, ils seront chargés de réaliser des mesures de la qualité de l’air dans leur quotidien. Si vous souhaitez participer à ce projet, il suffit de contacter l’association Air Vigilance par courriel : airvigilance57@gmail.com ou par téléphone au 06 70 75 60 45.
A l’issue de ces deux campagnes, ATMO Grand Est analysera les données récoltées par les micro-capteurs. 

 

See all news

Actus du moment