Investigation of pollution episodes in progress

L'air du Grand Est en 2020

>> Retrouvez le bilan de la qualité de l'air Grand Est 2020 complet en pdf en cliquant ici.

 

>> Retrouvez les bilans départementaux :

Ardennes

Aube

Marne

Haute-Marne

Meurthe-et-Moselle

Meuse

Moselle

Bas-Rhin

Haut-Rhin

Vosges

Région Grand Est

 

Situation par rapport aux valeurs réglementaires (par modélisation)

>> Consulter l'exposition de la population et de l'écosystème du Grand Est à l'ozone (O3), au dioxyde d'azote (NO2) et aux particules PM2,5 et PM10 par zone administrative de surveillance en 2020

 

2020_MOD_PM10_90-4

Pour les particules PM10, l’ensemble de la population du Grand Est habite dans un secteur où la valeur limite journalière est respectée en 2020.
Cependant, 12% de la population se trouve dans un secteur où l'une des lignes directrices OMS n’est pas respectée. Par ailleurs, concernant les PM2,5, 8 habitants sur 10 sont exposés à un dépassement d’une des lignes directrices OMS en Grand Est en 2020 contre 9 sur 10 en 2019.

2020_MOD_PM2-5_MA

Pour le NO2, la carte de répartition des moyennes annuelles 2020 montre des concentrations plus élevées au niveau des axes autoroutiers de la vallée rhénane et du Luxembourg à Nancy et dans les centres urbains des grandes agglomérations comme Strasbourg ou Reims.
En 2020, 200 personnes habitent dans un secteur où la pollution en NO2 dépasse la valeur limite annuelle fixée à 40 μg/m3. Il s’agit d’une diminution de 700 personnes par rapport à 2019. La moitié des personnes exposées à un dépassement de la valeur limite annuelle en NO2 se situe dans l’agglomération de Strasbourg.

2020_MOD_NO2_MA

Sur la période 2018-2020, le nombre de jours de dépassements du seuil de 120 μg/m3 en moyenne glissante sur 8 heures pour l’ozone a augmenté sur le Grand Est par rapport à 2017-2019. En effet, prenant en compte l’ensemble des mesures fixes en ozone de la région, une moyenne de 25 jours de dépassements de ce seuil a été atteinte sur 2018-2020 contre 23 sur 2017-2019. En termes d’impact sur la santé humaine, 41 % de la population du Grand Est a été concernée par un dépassement de la valeur cible en ozone (plus de 25 jours de dépassement de ce seuil). 

2020_MOD_O3_120-8h2020_MOD_AOT40

 

Dans le cadre du suivi des Plans de Protection de l’Atmosphère, ATMO Grand Est utilise des outils de modélisation à résolution plus fine dont l’un des avantages est d’évaluer plus finement l’exposition de la population à l’échelle d’une agglomération, comme sur celles de Colmar, Metz, Mulhouse, Nancy, Reims, Strasbourg et Troyes.

Ci-après sont représentées les répartitions des moyennes annuelles en dioxyde d’azote (NO2) en 2020 sur les quatre agglomérations de la région Grand Est pour lesquelles un Plan de Protection de l’Atmosphère est établi et suivi (Les Trois Vallées avec Metz et Thionville, Strasbourg, Reims et Nancy).
Les variations de la population exposée à un dépassement de la valeur limite annuelle de 40 μg/m3 en NO2 entre 2019 et 2020 sont les suivantes : 
- 200 personnes pour la zone d’agglomération de Strasbourg ;
de faibles diminutions pour les zones d’agglomération de Metz-Thionville, de Nancy et de Reims.

 

2020_MOD_NO2_MA_ZAGMetz

 

 

2020_MOD_NO2_MA_ZAGNancy

 

2020_MOD_NO2_MA_ZARReims

 

2020_MOD_NO2_MA_ZAGStrasb

 

Emplacement des stations

2020_Carte_stations_GE

 

Situation par rapport aux valeurs réglementaires (aux stations)

 

Situation au regard des normes pour la protection de la santé humaine :

2020_Tabl-reglem

Depuis 2010, des dépassements de la valeur limite annuelle de 40 μg/m3 en dioxyde d’azote étaient observés chaque année sur les agglomérations de Reims et de Strasbourg. En 2020, aucun dépassement n’a été observé. La moyenne annuelle la plus élevée est 34 μg/m3, mesurée à proximité de l’A35 à Strasbourg. A noter que la ligne directrice OMS, à savoir un dépassement de la moyenne horaire de 200 µg/m3 sur l’année, a également été respectée en 2020. Les périodes de confinement induites par la situation sanitaire ont conduit à des baisses significatives du trafic routier, notamment lors du 1er confinement qui a débuté en mars 2020, impactant l’évolution des concentrations de dioxyde d’azote en cours d’année. 

 

La situation s’est améliorée dans la vallée de la Fensch avec une moyenne annuelle en benzo(a)pyrène qui est passée en-dessous de la valeur cible annuelle de 1 ng/m3 et une moyenne annuelle en benzène qui respecte, pour la 2ème année consécutive, la valeur limite annuelle de 5 µg/m3. L’objectif de qualité annuel de 2 µg/m3 reste toutefois encore dépassé sur ce secteur en 2020.

 

Un dépassement de la valeur cible annuelle pour le benzo(a)pyrène a de nouveau été observé sur la commune de Héming, en raison d’une influence prédominante d’émissions de chauffage au bois. Dans un souci de représentativité des mesures du site, ce dernier sera déplacé de quelques dizaines mètres en 2021.


Pour l’ozone, tout comme en 2019, les dépassements de la valeur cible annuelle pour la protection de la santé humaine s’observent sur l’ensemble des zones administratives de surveillance du Grand Est, excepté pour la zone à risque de Reims. Les dépassements du seuil d’information-recommandations pour l’ozone pour la zone d’agglomération de Strasbourg et la zone régionale Grand Est ont été observés lors des épisodes de pollution qui ont eu lieu du 31/07 au 01/08 ainsi que du 10 au 11/08. A noter également un jour de dépassement du seuil horaire d'information-recommandations avec 182 µg/m3 le 16/09 dans les Ardennes, à Revin. 

 

Pour les particules PM10, aucun dépassement de valeurs réglementaires annuelles n’est observé en 2020 mais au moins une des lignes directrices OMS est dépassée sur toutes les zones administratives de surveillance, exceptée la ZAG de Metz.  Ces dépassements s’observent majoritairement dans les grandes agglomérations (Nancy, Reims, Strasbourg, Mulhouse). Six épisodes de pollution en particules PM10 ont été observés dont trois qui ont conduit à la mise en place de procédure d’information-recommandations et d’alerte. Le seuil d'alerte (moyenne journalière de 80 µg/m3) a été dépassé le jour de l'an sur l'agglomération de Strasbourg (feux d'artifices) et sur l’agglomération de Troyes le 25/01.

 

Pour les particules PM2,5, les valeurs limite et cible annuelles sont respectées mais un dépassement de l’objectif de qualité annuel de 10 μg/m3 (Mulhouse) ainsi que de la ligne directrice OMS (plus de 3 jours de dépassements de la moyenne journalière de 25 µg/m3 sur toutes les ZAS) sont observés.

 

Enfin, pour le monoxyde de carbone, les métaux lourds et le dioxyde de soufre, tous les seuils réglementaires sont respectés, seul un dépassement de la ligne directrice de l’OMS pour le dioxyde de soufre (moyenne journalière de 20 µg/m3 à ne pas dépasser sur l’année) a été dépassée 2 fois sur la commune du Vieux-Thann (68) en 2020 (5 dépassements en 2019), en situation de proximité industrielle.

 

Situation au regard des normes pour la protection de la végétation :

2020_Tabl-reglem-veg

Les niveaux critiques en oxydes d’azote et en dioxyde de soufre ne peuvent être comparés qu’aux valeurs de sites ruraux se trouvant dans la zone régionale. Tous ces sites respectent les niveaux critiques pour ces composés.


Pour l’ozone, la valeur cible pour la protection de la végétation fixé à 18 000 μg/m3.h (moyenne des valeurs d’AOT 40 sur la période 2016-2020) est dépassée sur les sites de mesures de typologie périurbaine des agglomérations de Colmar et de Mulhouse. A savoir que tous les sites de mesures de typologie périurbaine et rurale des zones administratives de surveillance de la région Grand Est présentent un dépassement concernant l’objectif de qualité annuel. Il s’agit de l’AOT 40, calculé à partir de valeurs horaires entre 8h et 20h de mai à juillet et dont le seuil est fixé à 6 000 μg/m3.h.