Investigation of pollution episodes in progress

L’OMS fixe de nouvelles lignes directrices sur la qualité de l’air

Ce mercredi 22 septembre, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a dévoilé de nouvelles lignes directrices relatives à la qualité de l’air. Les seuils de l’OMS sont utilisés par de nombreux organismes, dont ATMO Grand Est, dans la surveillance des polluants atmosphériques.  

Pourquoi ces nouvelles recommandations et que pourraient-elles changer ?  

 

Quelles sont les nouvelles recommandations de l’OMS ? 

Les lignes directrices mondiales actualisées de l’OMS sur la qualité de l’air proposent des recommandations relatives à des seuils de référence en matière de qualité de l’air ainsi que des objectifs intermédiaires pour six polluants atmosphériques principaux.  

 

Par rapport aux lignes directrices précédentes de l’OMS, les nouvelles :  

 

- reposent sur de nouvelles méthodes de synthèse des données probantes et d’élaboration ; 

- mettent davantage l’accent sur les données factuelles relatives aux effets sur la santé ; 

- offrent une plus grande certitude quant au fait que les effets sur la santé se produisent à des niveaux de pollution atmosphérique plus faibles qu’on ne le croyait auparavant ; 

- proposent des seuils de référence supplémentaires, par exemple pour l’O₃ pendant les pics saisonniers et pour le NO₂ et CO sur 24 heures, ainsi que de nouveaux objectifs intermédiaires ; 

- donnent de nouvelles informations sur les bonnes pratiques de gestion de certains types de PM (le noir de carbone/carbone élémentaire, les particules ultrafines et les particules provenant de tempêtes de sable et de poussière). 

 

Seuils de référence recommandés en 2021 par rapport à ceux figurant dans les lignes directrices sur la qualité de l’air de 2005 :

seuils OMS

QUEL EST L'IMPACT pour la region grand est ?

Concrètement, en terme de pourcentage de la population régionale exposée à un dépassement, l'impact des nouvelles recommandations se traduira ainsi :

 

 

Anciennes lignes directrices OMS de 2005

Nouvelles lignes directrices OMS de 2021

NO2 en moyenne annuelle

<0.1%

37%

PM10 en moyenne annuelle

0.1%

18%

PM2.5 en moyenne annuelle

6%

96%

O3 sur 24 heures

100%

100%

 

Une révision des lignes directrices : dans quel but ? 

La pollution de l’air est responsable de 7 millions de décès prématurés chaque année dans le monde dont 500 000 en Europe, 40 000 en France, et environ 3 500 sur la région Grand Est. Le principal but de ces nouvelles recommandations est de protéger davantage la santé des populations en réduisant les niveaux des principaux polluants atmosphériques. 

C’est pourquoi, après un examen systématique des données accumulées, plusieurs des seuils de référence ont été revus à la baisse à travers les nouvelles lignes directrices de l’OMS. 

Quelles seront leurs conséquences sur la santé ? 

L’abaissement de ces valeurs va conduire mécaniquement à placer une plus grande partie du territoire en situation de dépassement de ces niveaux de recommandation. Cela ne signifiera pas que la qualité de l’air sera davantage dégradée mais contribuera plus encore à sensibiliser les décideurs à la nécessité de mettre en œuvre des politiques plus protectrices pour les populations en tendant vers les préconisations de l’OMS

 

On observe que les concentrations des polluants règlementés diminuent depuis plusieurs années, toutefois les nouvelles connaissances sur la toxicité des polluants montrent que les effets sur la santé étaient sous-estimés.

Il apparaît donc nécessaire de poursuivre et d’intensifier les efforts afin d’abaisser les niveaux de pollutions. 

 

Adopter une politique plus protectrice des populations est d’ailleurs une ambition du SRADDET Grand Est, qui s’est fixé comme objectif le respect des recommandations de l’OMS pour les particules fines.  

ATMO Grand Est sensibilise également régulièrement les territoires sur les enjeux et l’intérêt de respecter les recommandations de l’OMS.  

 

>> Lire le communiqué de presse de la Fédération ATMO France

See all news

Actus du moment