Investigation of pollution episodes in progress

Une Zone à Faibles Emissions pour améliorer la qualité de l'air

 

Dès cette année, plusieurs zones à faibles émissions vont voir le jour en France. L’article 86 de la Loi d’Orientation des Mobilités impose en effet la mise en place d’une Zone à Faibles Émissions mobilité (ZFEm), à compter du 1er janvier 2021, dans les communes et agglomérations dépassant régulièrement les normes européennes de qualité de l’air. La ville de Reims, bien que n'étant pas légalement obligée de mettre en place une ZFEm, a fait le choix d'en instaurer une.

 

 

zones à faibles émissions : qu'est-ce que c'est ?

En France, la pollution de l'air est responsable de 48 000 décès prématurés chaque année. Le trafic routier est lui, responsable de 57 % des émissions d'oxydes d'azote et d'une part significative des émissions directes de particules fines. Des études récentes ont montré que la mise en place de Zones à Faibles Emissions serait une solution efficace pour réduire cette pollution.

 

Zoom sur la ZFE de Reims

Lundi 8 janvier, Jean-François Husson, Président d'ATMO Grand Est a participé, aux côtés d'Arnaud Robinet, Maire de Reims, et de Catherine Vautrin, Présidente de l'agglomération du Grand Reims, à la conférence de presse annonçant la consultation publique concernant la Zone à Faibles Emissions mobilité (ZFEm) qui va être volontairement mise en place prochainement dans la Ville de Reims.


Il était accompagné pour l’occasion de Julien Piechowski, Directeur général de l’association appuyant ainsi la démarche et la volonté d’accompagner au plus près les collectivités souhaitant s’engager dans des démarches volontaires de protection de l’air que l’on respire.  
Emmanuelle Drab-Sommesous, Directrice de l’Accompagnement et du Développement a également présenté à l’occasion de cette étape importante de la ZFEm, les résultats des études menées par les spécialistes d’ATMO Grand Est.

ZFE Reims conférence de presse
Jean-François HUSSON, président d'ATMO Grand Est, Arnaud ROBINET, maire de Reims, Catherine VAUTRIN, présidente de l'agglomération du Grand Reims, ​​​Anne DESVERONNIÈRES, vice-présidente environnement, transition énergétique et bioéconomie du Grand Reims, Laure MILLER, adjointe au maire à la ville de Reims et vice-présidente ATMO Grand Est.

 

ZFE Reims
Emmanuelle Drab-Sommesous présentant les résultats
des études menées par ATMO Grand Est

 

En effet, à Reims, bien que les concentrations en dioxyde d’azote soient à la baisse depuis au moins 2010, les teneurs demeurent encore trop élevées par rapport à la valeur réglementaire (40 μg/m3), notamment à proximité des grands axes routiers, du fait de la circulation automobile sur la traversée urbaine. La station de suivi de la qualité de l’air sur le boulevard Paul Doumer a ainsi enregistré une moyenne annuelle de 41 μg/m3 en 2019, au-dessus de la valeur limite réglementaire de 40 μg/m3. Les principales émissions de dioxyde d’azote sont liées au transport routier, puis à l’industrie.

 

Reims concentrations polluants
Carte de Reims,
concentrations en dioxyde d'azote (2019)
Source : données ATMO Grand Est

 

Reims et la communauté urbaine du Grand Reims ont donc engagé une série d’actions fortes pour restreindre le degré de contamination de ces deux secteurs en :

 

1. Apaisant le centre-ville :

- mise en place d’une zone 30 dans tout le centre-ville

- aménagement de la place de l’hôtel de ville-rénovation et piétonisation des Promenades et de la place de l’hôtel de ville. 

- aménagements cyclables et pérennisation de la piste sur le boulevard Lundy. 

- déploiement du service d’auto partage et de bornes de recharge pour voitures électriques

-mise en circulation de 2 bus fonctionnant au gaz naturel.

 

2. Investissant dans la rénovation thermique :

- programme de renouvellement urbain de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine. 

- opération programmée de l’habitat. 

- travaux d’isolation thermique dans les établissements scolaires.

 

3. Éliminant le charbon de la chaufferie bois Croix-Rouge.

 

 

L’instauration d’une Zone à Faibles Émissions à Reims permettra de poursuivre ces engagements en faveur de la santé des Rémoises et des Rémois.

Quand cette ZFE sera-t-elle mise en place ?

Le schéma de ZFE retenu (voir visuel ci-dessous) va faire l’objet d’une consultation citoyenne du 15 février au 17 mars 2021. Le projet d’arrêté municipal instaurant la ZFE et l’évaluation environnementale sont ainsi consultables par tous, notamment sur le site du Grand Reims.

ZFE Reims
Schéma de ZFE retenu

 

L’arrêté entrera en vigueur à compter du 1er septembre 2021, à titre pédagogique pour une période de 4 mois jusqu’au 31 décembre 2021. La  mesure sera pleinement effective à compter du 1er janvier 2022. Des restrictions progressives des véhicules les plus polluants seront appliquées. Dans un premier temps, jusqu’en janvier 2022, seuls les véhicules non-classés et les véhicules classés Crit’Air 5 ne seront pas admis au sein de la ZFE. Une période pédagogique sera instaurée au préalable de chaque nouvelle restriction Crit’Air.

Qui est concerné par cette mesure ?

A partir de la date de mise en application de la ZFE − au travers d’un arrêté municipal − les véhicules légers, les véhicules utilitaires légers (véhicules ne dépassant pas 3,5 tonnes) ainsi que les poids lourds devront obligatoirement comporter une vignette Crit’Air pour circuler au sein de la ZFE. La restriction de la circulation aux véhicules les plus polluants se fera progressivement. Elle concernera dans un premier temps les véhicules non-classés et ceux classés Crit’Air 5*.

Des dérogations sont envisageables, par exemple, pour les véhicules dits «d’intérêt général» (sécurité, santé), les véhicules affichant la mention «stationnement pour personnes handicapées», entre autres.

 

*Crit'Air : Le certificat qualité de l’air est un document sécurisé qui permet de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes et est disponible sur demande sous forme de vignette à apposer sur son pare brise. 

 

En savoir plus sur la ZFEm de Reims

See all news

Actus du moment