Investigation of pollution episodes in progress

Que sait-on des Particules Ultrafines, ce danger invisible ?

En 2018, l’ANSES a mené une étude d’identification, de catégorisation et de hiérarchisation des polluants non réglementés. Les Particules Ultrafines (PUF) sont alors intégrées à la liste des polluants prioritaires dont le suivi doit être renforcé au niveau national compte tenu des données sanitaires disponibles. À la suite de cette déclaration, ATMO Grand Est a mis en place un projet interne dès la fin de l’année 2018 portant sur l’amélioration des connaissances sur les particules et notamment les particules ultrafines.

Un rapport bibliographique a ainsi été publié en mars 2021, présentant les connaissances disponibles à l’heure actuelle sur les PUF. Les propriétés générales, physiques et chimiques spécifiques des particules ultrafines sont évoquées ainsi que l’aspect sanitaire et environnemental.

 

 

Pourquoi s'intéresser aux Particules ULTRAFINES?

La pollution atmosphérique est un enjeu majeur en France. D’une part, cette pollution a un coût : la commission d’enquête sénatoriale en 2015 a estimé entre 68 et 97 milliards d’euros par an le coût sanitaire et non sanitaire (impacts sur les rendements agricoles, érosion des bâtiments…) de la pollution de l’air extérieur. D’autre part, la pollution atmosphérique est responsable de problème sanitaire, notamment sur le système respiratoire et le système cardio-vasculaire. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classé la pollution de l’air extérieur comme cancérogène certain pour l’Homme.

 

Cette pollution est fortement associée à la présence de particules en suspension dans l’air. D’après une estimation de Santé Publique France en 2016, les particules sont en effet responsables de 48 000 décès par an. A l’heure actuelle, l’impact majeur des particules sur la santé humaine est clairement identifié. En 2009, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a indiqué qu’« il n’est pas possible d’observer un seuil de concentration en particules en deçà duquel aucun effet sanitaire ne serait constaté ».

PUF

 

En lien avec leur appellation, les particules sont distinguées en trois familles majeures dépendant notamment de leur origine et composition chimique :

 

- Les particules grossières définies comme les particules dont le diamètre est compris entre 10 et 2,5 µm :

Cette famille est majoritairement associée à des processus physiques et contient majoritairement des particules formées suite à l’érosion des sols, par les pollens ou encore les embruns marins.

 

- Les particules fines sont définies comme les particules dont le diamètre est compris entre 2,5 et 0,1 µm :

Ces particules sont issues directement des processus de combustion mais peuvent également être formées dans l’atmosphère.

 

- Les particules ultrafines définies comme les particules dont le diamètre est inférieur à 0,1 µm (PM0,1) :

Cette famille est constituée de particules issues des processus de combustion ou formées à partir de gaz précurseurs.

 

La plus petite gamme de particules, les particules ultrafines, est composée de particules plus de 100 fois plus fines que les PM10. Pour des particules de même composition chimique, la toxicité augmente avec la diminution de la taille.

 

Lire le rapport bibliographique sur les connaissances disponibles sur les PUF

 

ALORS, QU'EN EST-IL Des particules ULTRAFINES ? QUELLES SONT LEURS SOURCES ? leurs effets sanitaires ?  comment les mesure-t-on ?

ATMO Grand Est vous en dit plus sur ce danger presque invisible

PUF

 

See all news

Actus du moment