Recherche des épisodes de pollution en cours

L'air du Grand Est en 2019

>> Retrouvez le bilan de la qualité de l'air Grand Est 2019 complet en pdf en cliquant ici.

 

Région Grand Est

 

Situation par rapport aux valeurs réglementaires (par modélisation)

 

Cartographie PM10 percentile 90,4 Région

Pour les particules PM10, tout comme pour les deux dernières années, l’exposition aux dépassements de la valeur limite journalière de 50 μg/m3 (plus de 35 jours de dépassements par an), concernent moins de 100 personnes à l’échelle du Grand Est. Les agglomérations concernées par ces expositions sont Reims et Strasbourg. D’autre part, près d’un demi-million de personnes sur la région se trouvent dans un secteur où la ligne directrice OMS n’est pas respectée. Par ailleurs, concernant les PM2,5, 9 habitants sur 10 sont exposés à un dépassement de la ligne directrice OMS en Grand Est.

My annuelle PM25 GE 2019

 

Cartographie NO2 moyenne annuelle Région

Pour le dioxyde d’azote, la carte de répartition des moyennes annuelles en 2019 montre des concentrations plus élevées au niveau des axes autoroutiers et des centres urbains des grandes agglomérations. En 2019, 1 300 personnes (soit 0,02% de la population du Grand Est) habitent dans un secteur où la pollution en NO2 dépasse la valeur limite annuelle fixée à 40 μg/m3. Il s’agit d’une diminution de 900 personnes par rapport à 2018. 80% des personnes exposées à un dépassement de la valeur limite annuelle en NO2 se situent dans l’agglomération de Strasbourg.

 

AOT40 région GE 2019

 

120 O3 3ans GE 2019

Sur la période 2017-2019, le nombre de jours de dépassements du seuil de 120 µg/m3 en moyenne glissante sur 8 heures pour l’ozone a augmenté sur le Grand Est par rapport à 2016-2018. En prenant en compte l’ensemble des mesures fixes en ozone de la région, une moyenne de 23 dépassements du seuil de 120 µg/m3 a été atteinte sur 2017-2019 contre 20 sur 2016-2018. En termes d’impact sur la santé humaine, 39 % de la population du Grand Est a été concernée par un dépassement de la valeur cible en ozone (seuil de 120 µg/m3, maximum journalier de la moyenne glissante sur 8 h à ne pas dépasser plus de 25 jours par an, en moyenne sur 2017-2019). Pour la protection de la végétation, 6 % de la surface totale de la région Grand Est est exposée à un dépassement de valeur cible (AOT40) sur la période 2016-2019.

 

Dans le cadre du suivi des Plans de Protection de l’Atmosphère, ATMO Grand Est utilise des outils de modélisation à l’échelle urbaine dont l’un des avantages est d’évaluer plus finement l’exposition de la population à l’échelle d’une agglomération, comme sur celles de Colmar, Metz, Mulhouse, Nancy, Reims, Strasbourg et Troyes.

Ci-après sont représentées les répartitions des moyennes annuelles en dioxyde d’azote (NO2) en 2018 sur les quatre agglomérations de la région Grand Est pour lesquelles un Plan de Protection de l’Atmosphère est établi et suivi (Les Trois Vallées avec Metz et Thionville, Strasbourg, Reims et Nancy).
Les variations de la population exposée à un dépassement de la valeur limite annuelle de 40 μg/m3 en NO2 entre 2018 et 2019 sont les suivantes : 
-100 personnes pour la zone d’agglomération de Nancy ;
-700 personnes pour la zone d’agglomération  de Strasbourg ;
Aucune variation pour les zones d’agglomérations de Metz-Thionville et de Reims.

 

Cartographie annuelle NO2 ZAG Metz-Thionville 2019

>>Consulter la cartographie de la ZAG Metz-Thionville sur notre site open data

 

Cartographie annuelle NO2 ZAG Nancy 2019

>>Consulter la cartographie de la ZAG Nancy sur notre site open data

 

Cartographie annuelle NO2 ZAR Reims 2019

>>Consulter la cartographie de la ZAR Reims sur notre site open data

 

Cartographie annuelle NO2 ZAG Strasbourg 2019

>>Consulter la cartographie de la ZAG Strasbourg sur notre site open data

 

Emplacement des stations

Carte des stations Grand Est

 

Situation par rapport aux valeurs réglementaires (aux stations)

 

Situation au regard des normes pour la protection de la santé humaine :

Tableau respect réglementation aux stations Région

En 2019, des dépassements de la valeur limite annuelle réglementaire en dioxyde d’azote ont été observés sur la zone à risque de Reims et la zone d’agglomération de Strasbourg, au niveau de sites sous influence du trafic routier d’axes fortement fréquentés (A35/bd Clemenceau à Strasbourg et A344/bd Paul Doumer à Reims). La ligne directrice OMS a été dépassée sur 3 agglomérations : Reims (quartier Doumer), Strasbourg (avenue Clemenceau) et Mulhouse (avenue Briand). 
Pour le benzo(a)pyrène, l’année 2018 avait été la 1ère année pour laquelle l’ensemble des sites de mesures respectait la valeur cible annuelle de 1 ng/m3, et ce depuis la mise en place de la surveillance de ce composé sur la région Grand Est. En 2019, la valeur cible a de nouveau été dépassée, en situation de proximité industrielle, au niveau de la commune de Florange (complexe de Bétange). Un dépassement a également été observé sur la commune de Héming, en raison d’une influence prédominante d’émissions de chauffage au bois.
Pour le benzène, la situation s’est améliorée par rapport à 2018 avec un respect de la valeur limite annuelle dans la vallée de la Fensch (Serémange-Erzange) en 2019, sans toutefois respecter l’objectif de qualité annuel.
Pour l’ozone, les dépassements de la valeur cible annuelle pour la protection de la santé humaine se sont étendus à l’ensemble des zones administratives de surveillance du Grand Est en 2019, excepté pour la zone à risque de Reims. En 2018, les dépassements étaient observés uniquement sur la partie Est de la région Grand Est, en périphérie des agglomérations de Colmar et de Mulhouse (zone régionale) et sur le département du Bas-Rhin, dont l’agglomération de Strasbourg. Les dépassements du seuil d’information-recommandations pour l’ozone ont été observés lors des épisodes de pollution qui ont eu lieu du 25 au 30 juin et du 23 au 27 juillet 2019. L’ensemble des départements du Grand Est a été concerné par des déclenchements de procédures d’ozone sur au moins l’une de ces deux périodes.
Pour les particules PM10, aucun dépassement de valeurs réglementaires annuelles n’est observé en 2019. Néanmoins, tous les départements présentent des dépassements des lignes directrices OMS, essentiellement dans les plus grandes agglomérations et exclusivement en situation de proximité trafic pour le dépassement de la moyenne annuelle de 20 µg/m3. En 2019, de nombreux épisodes de pollution en particules PM10 ont eu lieu, majoritairement de courtes durées. Les épisodes de type « combustion » ont eu lieu au cours des mois de janvier, février et décembre, tandis que les épisodes de type « mixte » (particules d’origine carbonée et une part importante de particules secondaires) ont eu lieu au cours des mois de mars et avril. Le dépassement du seuil d’alerte, indiqué pour la zone régionale, a été mesuré sur l’agglomération de Pont-à-Mousson le 6 février. Il s’agissait d’un dépassement de type « ponctuel », très local, dans une période où les niveaux de particules PM10 étaient néanmoins élevés sur la région.
Pour les particules PM2,5, les valeurs limite et cible annuelles sont respectées. Cependant l’objectif de qualité annuel est dépassé sur la ZAG de Strasbourg, la ZAR de Reims et la zone régionale, et la ligne directrice OMS est dépassée sur l’ensemble des ZAS du Grand Est.
Enfin, pour le monoxyde de carbone, les métaux lourds et le dioxyde de soufre, tous les seuils réglementaires sont respectés, à l’exception de la ligne directrice OMS pour le dioxyde de soufre, qui a été dépassée 5 fois sur la commune du Vieux-Thann (68), en situation de proximité industrielle.

 

Situation au regard des normes pour la protection de la végétation :

Tableau réglementation végétation région

Les niveaux critiques en oxydes d’azote et en dioxyde de soufre ne peuvent être comparés qu’aux valeurs de sites ruraux se trouvant dans la zone régionale. Tous ces sites respectent les niveaux critiques pour ces composés.
L’ozone présente, quant à lui, des dépassements de valeurs réglementaires. Tout d’abord, l’ensemble des zones administratives de surveillance présente un dépassement de l’objectif de qualité annuel. Il s’agit de l’AOT 40 calculé à partir de valeurs horaires entre 8h et 20h de mai à juillet et dont le seuil est fixé à 6 000 μg/m3.h. Pour la zone régionale et la zone d’agglomération de Strasbourg, des dépassements de la valeur cible, dont le seuil est fixé à 18 000 μg/m3.h (moyenne des valeurs d’AOT 40 sur la période 2015-2019), ont été constatés en périphérie des agglomérations de Colmar, de Mulhouse et de Strasbourg.