Recherche des épisodes de pollution en cours

Passage à 80km/h : quel gain pour la qualité de l’air ?

Panneau ralentir
Crédits photo
Flickr 72 quadrat

La réduction de la vitesse n’a pas que des bénéfices au point de vue de la sécurité. Quand vous roulez moins vite, vos moteurs émettent également moins de polluants.  

 

 

Depuis le 1er juillet, la vitesse est limitée à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central, excepté sur celles où il y a au moins deux voies affectées à votre sens de circulation. Il n’y aura pas de réduction supplémentaire par temps de pluie ni pour les jeunes conducteurs. 

 

EN LEVANT LE PIED, JE BRÛLE MOINS DE CARBURANT

Si les baisses de vitesse ont une incidence sur le nombre d'accidents et la fluidité du trafic, elles permettent également de diminuer les émissions de polluants.

 

Par exemple, pour un véhicule diesel mis sur le marché entre 2005 et 2008 (norme Euro IV), cette baisse de 10km/h représente une baisse des émissions de NOx de 10%.
 

Emissions de Nox par km

 

Pour les particules fines (PM10), cette baisse est moins spectaculaire, mais néanmoins bien réelle.

 

Emissions de PM par Km

 

Cela étant, pour un véhicule diesel  plus ancien, de 1993 (norme Euro I) par exemple, lequel est forcément beaucoup moins vertueux au niveau environnemental, cette diminution des PM10 peut atteindre jusqu’à 17%.

 

Ce phénomène est normal, puisqu'en diminuant sa vitesse, un conducteur consomme moins de carburant et émet donc moins de polluants. En revanche, à bas régime, cette équation n'est plus tout à fait vraie. En effet, le point thermodynamique où la consommation d'un moteur thermique est optimale, c'est-à-dire le moment où il développe le maximum de puissance pour une consommation la plus faible possible, se situe aux alentours de 70km/h/. La circulation urbaine, qui impose nombre de ralentissements, d'arrêts et d'accélérations est très énergivore.
 

DES CENTAINES DE PERSONNES MOINS EXPOSéES

De même, la bande d’influence des polluants aux abords des grands axes routiers s’en trouve nettement réduite. Cela signifie que cette zone, où des dépassements de seuils de pollution sont fréquents, rétrécit.

 

Ainsi, à l'occasion d'une expérimentation menée sur les autouroutes A31, A33 et A330, la vitesse maximum autorisée passant de 110 à 90 km/h, on a pu constater une diminution de la bande d’influence de 40%.

 

La population exposée passait alors de 2665 habitants à 560 habitants, soit une baisse de près de 80 %.

 

Ainsi, en roulant moins vite, on sauve non seulement les vies d'automobilistes, mais on préserve également la santé des populations qui vivent à proximité des grands axes routiers. Un enjeu d'importance lorsqu'on sait que la pollution atmosphérique abrège plus de 500 000 vies chaque année sur le continent européen.

 

l'inventaire d'ATMO Grand Est 

ATMO Grand Est a réalisé l'inventaire de toute les sources émettant des polluants atmosphériques sur son territoire et évalué les émissions qui leur correspondent. Avec cet immense travail de compilation, il est possible de calculer le gain que cette réduction de la vitesse permettra de réaliser. 

 

Ainsi, le passage de la vitesse de 90 à 80 km/h sur un axe présentant un trafic fluide permet une réduction des émissions polluantes à l’échappement de :

 

-2% pour le dioxyde de carbone ;

-4% pour les oxydes d’azote ;

-6% pour les particules. 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Voir toutes les actualités

Actus du moment