Recherche des épisodes de pollution en cours

Pollens

>> Pour découvrir les teneurs en pollens dans l'atmosphère en saison pollinique, cliquer ici.

 

Les pollens et l'allergie

Qu’est-ce qu’un pollen ?

Un pollen est un minuscule grain, invisible à l’œil nu. Les pollens sont produits par les plantes, qui les utilisent pour se reproduire. Ils apparaissent chaque année dès le mois de février.

Il existe différents pollens selon la plante qui les produit. En fonction de sa nature et de sa quantité dans l’air, un pollen sera plus ou moins allergisant.

 

Quel est le lien avec les allergies ?

Les pollens sont si petits qu’ils « flottent » dans l’air et sont majoritairement transportés par le vent.

Quand nous inspirons de l’air, ils entrent dans nos voies respiratoires et peuvent provoquer des réactions allergiques (rhumes, rhinites, maux de tête, crises d’asthme). Les pollens peuvent également être responsables de conjonctivites allergiques (yeux qui piquent).

 

Le pouvoir allergisant d’un pollen dépend de sa nature et de sa concentration dans l’atmosphère. Principalement transportés par le vent, les pollens se retrouvent aussi bien en ville qu’à la campagne. Suite à leur dépôt sur les voies respiratoires, ils peuvent provoquer des réactions allergiques qui se traduisent par des rhumes, rhinites, maux de tête et crise d’asthme. L’impact des allergies aux pollens reste complexe à évaluer, de par les nombreux facteurs en jeu. Dans les enquêtes épidémiologiques menées en France, de 1994 à 2006, l'allergie aux pollens touche au plus 7 à 20 % des enfants et 31 à 34 % des adultes (Rapport de l’ANSES de Janvier 2014, « État des connaissances sur l’impact sanitaire lié à l’exposition de la population générale aux pollens présents dans l’air ambiant »).

 

Surveillance des pollens allergènes

L'Arrêté du 5 août 2016 désigne les organismes chargés de coordonner la surveillance des pollens et des moisissures de l'air ambiant :

- l'association Réseau National de Surveillance aérobiologique (RNSA) ;
- les Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l'Air (AASQA) ;
- l'Association des Pollinariums Sentinelles de France (APSF).

 

Cette surveillance s'effectue depuis la mesure jusqu'à la diffusion de l'information auprès du public et des professionnels de santé.

Le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) a pour objet l’étude des particules biologiques dans l’air pouvant avoir une incidence sur le risque allergique pour la population (pollens, moisissures). Il assure la surveillance des pollens sur plus de 60 sites répartis dans toute la France.

>> Pour en savoir plus

 

ATMO Grand Est participe à cette surveillance en collaboration avec le RNSA, les Hôpitaux universitaires de Strasbourg, l'Agence Régionale Santé (ARS) et l'Université de Lorraine.

 

La concentration de pollens dans l'atmosphère est mesurée à l'aide de capteurs volumétriques qui aspirent à 10 litres/minute, un débit d'air comparable à celui de la respiration humaine. Les pollens se déposent sur une bande de cellophane pendant une semaine. Ensuite, cette bande est récupérée puis analysée afin de définir le nombre et la nature des pollens qu’il y a eu chaque jour de la semaine passée.

 

Capteur pollens
Capteur pollens

 

 

Analyse de la bande de cellophane
Analyse de la bande de cellophane

 

Bulletin allergo-pollinique

En saison pollinique, chaque semaine, un bulletin allergo-pollinique régional est diffusé, contenant une prévision du risque allergique. Cette prévision est établie par le RNSA à partir des quantités de pollens mesurées par comptage, des prévisions météorologiques pour les jours à venir, du stade phénologique des végétaux et de l'intensité des symptômes constatés par les médecins chez leurs patients allergiques aux pollens.

À l’initiative du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), on classe en France les espèces selon un potentiel allergisant allant de 0 (potentiel nul) à 5 (potentiel très fort).

>> En savoir plus sur les potentiels allergisants.

 

>> Durant cette période, ces bulletins sont disponibles sur notre site internet. 

>> Il est également possible de s'inscrire pour les recevoir par mail chaque vendredi en suivant ce lien.

 

>> En plus du bulletin allergo-pollinique, vous pouvez recevoir de l'information sur la présence de grains de pollens d'ambroisie dans l'air, en vous abonnant au bulletin ambroisie associé.

 

Surveillance de l'ambroisie

ATMO Grand Est participe à la surveillance de l’ambroisie grâce à l’implantation de 2 capteurs sur les villes de Chaumont et Mulhouse, qui sont les deux portes d’entrée principales de l’ambroisie dans la région. Dès l’apparition du premier grain d’ambroisie sur les capteurs, des bulletins de vigilance sont envoyés pour assurer le suivi hebdomadaire du nombre de pollens d’ambroisie.

 

Carte de répartition de l'ambroisie en France
Source : FREDON France

 

 

Carte ambroisie RNSA 2018
Source : RNSA

 

 

FREDON France a été désigné pour superviser l’Observatoire des ambroisies, un centre national de référence, de prévention et de lutte contre cette plante très allergisante. Ce rôle est défini par l’arrêté du 2 juin 2017, portant désignation des organismes contribuant à certaines mesures nationales de prévention et de lutte relatives à l’ambroisie à feuille d’armoise, l’ambroisie trifide et l’ambroisie à épis lisses. Ces trois espèces sont officiellement classées nuisibles pour la santé depuis fin avril 2017.


Dans le Grand Est, la FREDON est présente sur chacun des territoires et sur les sites :
>> https://www.fredonca.com/surveillance-de-lambroisie/ 
>> https://www.fredon-lorraine.com/fr/actions-en-sante-publique.html
>> https://fredon-alsace.fr/ambroisie-feuille-armoise/

 

Toutes les infos de l’Observatoire des ambroisies sur le site internet http://www.ambroisie.info/.
 

Vous avez repéré une plante susceptible d’être de l’ambroisie, signalez là !
>> http://www.signalement-ambroisie.fr/

Plateforme de signalement ambroisie

 

En région Grand Est, un plan « Ambroisies » coordonné par les FREDON


La gestion des ambroisies s’inscrit dans le cadre du 3ème Plan Régional Santé Environnement (PRSE 3) et plus particulièrement dans l’objectif stratégique 5, qui est de renforcer les réseaux de surveillance des espèces invasives nuisibles pour la santé et renforcer les réseaux d’acteurs du territoire.


Depuis 2018, les FREDON Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace sont missionnées par l’ARS Grand-Est pour animer et coordonner le plan régional de lutte contre les ambroisies visant à :
•    assurer la surveillance de l’exposition
•    améliorer les connaissances sur ces espèces et les moyens de lutte
•    sensibiliser aux risques
•    coordonner les acteurs et les actions
•    développer des outils de gestion
•    promouvoir les actions de lutte


Ce plan s’appuie notamment sur la mobilisation collective à travers la construction et l’animation d’un réseau de référents au niveau des collectivités, des gestionnaires d’espaces et de linéaires, ainsi que du monde agricole.

 

ATMO Grand Est participe donc à la surveillance de l’ambroisie grâce aux capteurs sur les villes de Chaumont et Mulhouse et, accompagné du réseau participatif Pollin’air, assure également la veille phénologique de cette plante au Jardin botanique Jean-Marie Pelt de Nancy.

 

La veille phénologique

La veille phénologique consiste en l'étude scientifique des variations saisonnières, de a croissance et du développement des plantes. Grâce à cette technique, les espèces émettrices de pollen, leur lieu d’implantation et la date de pollinisation sont clairement identifiés.

Le développement des plantes est surveillé toute l’année au Jardin botanique Jean-Marie PELT (anciennement Jardin botanique du Montet) à Villers-lès-Nancy, une à deux fois par semaine selon la saison. La date de la première et dernière libération de pollen est relevée pour chaque espèce et mise en ligne.

 

L’avantage de cette méthode est d’obtenir en temps réel des informations sur le développement des pollens alors que les bulletins allergo-polliniques, qui fournissent une mesure quantitative précise (nombre de grains par m3 d’air), sont différés d'au minimum une semaine (temps de mesure et analyse en laboratoire) par rapport au stade de développement des pollens.

 

Plus un épisode allergique est pris en amont, plus le traitement pour y remédier sera léger et efficace. Pour les allergiques, l’anticipation des périodes de pollinisation apparaît donc comme la promesse d’un mieux-être. C'est également la possibilité d’anticiper les allergies, de traiter les patients plus tôt, et d'apporter une efficience organisationnelle et une maîtrise des dépenses pour notre système de santé.


ATMO Grand Est et l’Observatoire Régional de la Santé et des Affaires Sociales (ORSAS), codirigent le projet « Observatoire des pollens », en partenariat avec le Jardin botanique Jean-Marie PELT et l’Université de Lorraine.

L’objectif principal de ce projet est d’informer les professionnels de santé et les personnes allergiques de la situation pollinique, afin d’aider ces dernières à adapter leur comportement.

 

Réseau participatif Pollin’Air

Un réseau citoyen a été créé afin que chacun puisse participer à la veille phénologique des plantes à pollens allergisants. Ce réseau participatif s’appelle Pollin’Air.

>> En savoir plus sur Pollin'Air.

>> Guide pour effectuer sa propre veille phénologique